Oenotourisme, un business qui rapporte - Le Blog de Vinopixo
16395
post-template-default,single,single-post,postid-16395,single-format-standard,bridge-core-1.0.4,cookies-not-set,qode-listing-2.0,qode-lms-2.0.2,qode-social-login-2.0.1,qode-music-2.0.1,qode-news-2.0.1,qode-quick-links-2.0,qode-restaurant-2.0,qode-tours-2.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-18.0.7,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive
 

L’Oenotourisme, un business qui rapporte.

oenotourisme; vignoble; vigne; tourisme; degustation; vin; picnic;

L’Oenotourisme, un business qui rapporte.

Que ce soit par des dégustations, la visite de caves, de chais, de vignobles, la rencontre avec les propriétaires, ou encore des évènements à la propriété (Bienvenue à la ferme par exemple), l’oenotourisme a le vent en poupe depuis plusieurs années et séduit de plus en plus de petites propriétés.

Les grands crus ont depuis longtemps mis en place ce genre d’évènement pour montrer la richesse de leur patrimoine mais c’est au tour des plus petits exploitants de jouer le jeu de la visite guidée, de la dégustation découverte, ou d’autres joies qui motivent les touristes à venir s’aventurer sur les petits châteaux de nos régions.

Comment les attirer ? En jouant la carte du local. On doit bien admettre que, depuis une dizaine d’années, deux tendances ont pointé (ou plutôt re-pointé) le bout de leurs nez, le Bio et le Local. Nous ne parlerons pas ici du bio qui, malgré des démarrages timides, a réussi à prendre de l’ampleur, changeant les moeurs et les pratiques de productions et de consommation. Le local, quant à lui, et LA tendance de ces 3 dernières années. Manger local, boire local, voir local. L’intérêt des consommateurs se tourne de plus en plus vers ce mode de consommation, les restaurants locavores poussent comme des champignons dans les grandes et moyennes agglomérations, rendant tendance, ce qui a toujours existé dans les petits villages de notre enfance.

« Je mange des carottes qui ont poussé à 10km de chez moi »

Voilà ce qu’on peut entendre chez les consommateurs soucieux d’opter pour un geste responsable. Et cela ne s’arrête pas là, ils sont curieux, ils veulent voir comment cela se passe dans la propriété, pendant les vendanges, dans les chais. Ils sont prêt à tout pour assouvir leurs curiosités sans fond mais pas que, ils veulent aussi se rassurer. Marre des labels en trop grands nombres qui perdent en valeurs tellement ils sont nombreux; ils veulent se faire leur propre idée. On oublie trop souvent que le vin est un produit que l’on ingurgite, que l’on introduit dans notre corps. C’est aussi l’une des raisons qui motive le consommateur à voir les coulisses de la fabrication du vin qu’il consomme. Et puis vendre en direct, raccourcir le tunnel d’achat, apporter au consommateur l’authenticité sans tomber dans le cliché, voilà l’attente de ces prochaines années.

Pour cela, il faut se munir d’outils puissants, la photo en fait partie, la présence en ligne également, bien se référencer, montrer au consommateur que le vigneron est accessible, présent et rassurant. Les valeurs paysannes sont fortes, ne les abandonnons pas.

Concluons cet article avec deux chiffres, l’oenotourisme représente plus de 10 millions de visiteurs et plus de 5 millions d’euros de dépenses. Une pratique avec un bel avenir devant elle et des répercussions non négligeables pour les propriétés.